topblog Ivoire blogs Envoyer ce blog à un ami

juin 10, 2010

A Abidjan, la Coupe du monde "accouche" de panneaux publicitaires

Il y a bien longtemps que le sport de haut niveau n’est plus un simple loisir, mais un vrai business alimenté principalement par les grandes marques pour lesquelles stars et compétitions sont des vecteurs d’influence. La Coupe du monde 2010 est, tout naturellement, une opportunité de communication pour les entreprises de Côte d’Ivoire. On peut s’en rendre compte aisément en observant les panneaux publicitaires dans les rues du district d’Abidjan.

La marque MTN est la première marque africaine à être un des sponsors officiels de la Coupe du monde, qui se tient pour la première fois sur le continent. Tout naturellement, sa filiale ivoirienne relaie une stratégie de communication globale militante et audacieuse, autour du thème «Africa United». Dans cette logique de l’unité africaine, elle met ensemble sur un même panneau des vedettes des différentes équipes africaines en lice.

DSC00450.JPG

 

DSC00454.JPG

 

DSC00457.JPG

Orange, sponsor officiel des Eléphants de Côte d’Ivoire, développe de son côté un vrai discours de proximité, axé autour de la communauté des supporters (chauffeurs de gbaka, vendeuses du marché, élèves du primaire, etc…) Une belle campagne qui rapproche l’opérateur d’un public qui le considère souvent comme élitiste. Orange accompagne également la communication de la Fédération ivoirienne de football (FIF) et des associations de supporters.

CIMG1867.JPG

DSC00456.JPG

Bien entendu, il n’est pas obligatoire d’être une grosse boîte pour faire preuve d’originalité dans sa communication autour de la Coupe du monde. C’est ainsi que le représentant local de la marque Samsung a fait preuve d’ingéniosité en surfant sur l’actualité. «Allez les Eléphants, c’est quand c’est dur qu’il faut y croire !», affirme un panneau promettant 20% de réduction aux acheteurs de téléviseurs si l’équipe arrive au second tour et 100% en cas de victoire finale.

CIMG1871.JPG

D'autres panneaux.

DSC00443.JPG

DSC00437.JPG

DSC00439.JPG

nov. 09, 2009

Mobile Money : Et si on le simplifiait ?

Depuis que j’ai parlé sur ce blog des affiches faisant la promotion des services de paiement mobile, je me rends de plus en plus compte que beaucoup de consommateurs ne comprennent rien à la problématique du « mobile money ». Après les pubs classiques, Orange et MTN sont désormais engagées dans des campagnes de publireportages didactiques pour expliquer comment créer un compte, comment transférer de l’argent, etc…

Et quand je pense à leur système, je me pose une question : si l’on excepte le prix, sans doute (un peu) plus compétitif, quelle est l’utilité fondamentale de ce service par rapport à Western Union ou aux mandats postaux ?

Je trouve la procédure trop lourde. Pour s’inscrire, il faut aller dans une agence – il faut donc avoir une bonne raison de s’inscrire, alors que si c’était plus simple, on s’inscrirait pour le « fun » et après l’utilité viendrait. Pour déposer de l’argent, il faut aller dans une agence. Pour retirer de l’argent, il faut aller dans une agence. Mais qui va dans les agences des opérateurs de téléphonie mobile à Abidjan ? En plus, dans mon quartier, j’ai deux bureaux de postes bien plus proches de moi que les premières agences MTN et Orange, qui se trouvent à un carrefour sacrément embouteillé. J’ai au moins quatre agences Western Union sur ma route avant d’arriver à une agence MTN. En plus, qui a besoin de s’inscrire pour envoyer un mandat par la poste, par Western Union ou par MoneyGram ? Le mobile money par les opérateurs, c’est trop administratif…

mpesa.jpg

Pourquoi faire compliqué quand on peut faire simple ? Pourquoi le paiement mobile ne serait pas un produit naturellement présent dans l’offre des opérateurs comme les SMS, les MMS, etc...

Moi, je voudrais descendre en bas de chez moi, voir mon gérant de cabine, lui demander un transfert de crédit contre de l’argent en liquide, et puis en faire ce que je veux… Acheter des unités téléphoniques, des SMS ou des MMS en gros, payer ma facture d’électricité, payer le boutiquier par un transfert de crédit, transférer du crédit à un proche pour qu’il en fasse ce qu’il veut… Bref, je rêve d’une sorte de monnaie privative qu’on pourrait retransformer en cash auprès d’un détaillant en échange d’une commission… mais qui serait tellement virale qu’on n’en aurait pas besoin. Dans mon rêve, les compagnies s’arrangent pour qu’un abonné Orange puisse faire un transfert à un abonné MTN, comme je peux retirer de l’argent à la BICICI avec ma carte Visa SGBCI.

C’est cette dématérialisation globale et facile, qui nous éviterait les éternels problèmes de « y a pas monnaie », nous éviterait de nous déplacer avec du cash et de nous déplacer inutilement, que les opérateurs de téléphonie mobile peuvent nous apporter.

Est-ce trop demander ?

Je sais qu’on me parlera de la nécessité d’identifier massivement les abonnés parce qu’un abonné anonyme ne peut pas avoir de compte « mobile money ». Mais là aussi, j’ai ma petite idée…

23:26 Publié dans Pub | Lien permanent | Commentaires (66) | Tags : mobile money, mtn, orange

mai 21, 2007

La guerre sur panneaux

Le jour se lève sur Abidjan comme tous les autres et une affiche en plus ou en moins ne change pas le quotidien des Abidjanais, tellement il y en a, des affiches. On en voit de toutes les couleurs, sur toutes les formes, dans divers langages.
Mon attention est attirée ce matin là par une affiche avec un style tout à fait “bateau”, comme on dit chez nous. Sur un fond principalement violet, avec du blanc d’un côté, un message ou plutôt une question banale : “On dit quoi Abidjan ?”. Une question à laquelle on peut avoir tout genre de réponse. Mais généralement à Abidjan à la question : on dit quoi ? on répond “ya fohi”, c’est-à-dire “y a rien” parce que rien n’est jamais assez grave pour les Ivoiriens. D’ailleurs cette dernière expression est déjà utilisée sur l’un des panneaux de la société COQIVOIRE, qui voulait relancer les ventes de ses poulets congelés après la panique créée par la grippe aviaire…

J’essaie de lire de plus près pour connaître l’auteur d’un message aussi plat. C’est Ogilvy, Océan Ogilvy… Ah oui! je sais qu’il y a un quatrième opérateur de télécom qui veut se lancer, après MTN, Orange et Moov et je sais que Ogilvy est sur le coup. Ne me demandez pas comment, mais je le sais.

“On dit quoi Abidjan ?” Quel teasing!!! Complètement vide. J’ai pourtant connu Ogilvy au Cameroun. Là-bas, le label international de com’ fait des choses plus honorables et plus dignes.

Quelques jours après je suis attentive et je vois… sur les avenues, non loin de ces premiers panneaux d’Ogilvy, d’autres panneaux qui portent le Jaune qu’on reconnaît facilement à MTN, c’est plus simple, le message désigne l’annonceur, on lui connaît l’expression : “On dit Y’ello” (voir l'image ici). Le rapprochement est vite fait, MTN répond à la question posée par les autres… puisqu’il fallait bien une réponse ! Je me demande au fond de moi si MTN peut en arriver là, si ses “créatifs” peuvent descendre à ce niveau. Ils savent évidemment que ce sont des concurrents qui veulent s’installer qui ont posé la question… puisque moi je le sais ! Mais de là à faire la petite guéguerre de rivales, je trouve ça quand même lamentable, mais drôle à la fin !

Sur le panneau de MTN on peut voir vers le bas des images d’immeubles en forme de téléphone. Tout y est dit, en d’autres termes “Ici à Abidjan on dit seulement Y’ello”… “C’est comme ça on se salue ici, c’est saturé, reste tranquille!”. Je me demande maintenant comment COMIUM, puiqu’il s’agit d’elle, va continuer son teasing. Je ne suis pas la seule à l’avoir remarqué finalement. Lors d’un déjeuner l’autre jour, un ministre ami nous demandait si on a vu la “méchanceté” de MTN… Les profanes ont pu décoder parce que c’est flagrant. Je m’en suis encore rendu compte en rentrant de Grand Bassam (jolie petite ville balnéaire à 20 km environ d’Abidjan), les panneaux se suivent. “On dit quoi Abidjan?”… “On dit Y’ello”.

MTN au lieu de s’acharner ainsi sur des futurs et potentiels concurrents dont les créatifs ne sont pas forcéments brillants (ce qui aurait été évident aux yeux de tous par la suite) devrait plutôt prendre le temps de mieux comprendre la société ivoiriennne dans laquelle elle est venue s’installer, elle ferait des messages plus conséquents et plus adaptés, correspondant à une stratégie spécifique à ce pays.

18:05 Publié dans Pub | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : guerre, mtn, koz, pub, télécoms