topblog Ivoire blogs Envoyer ce blog à un ami

mai 10, 2011

Médias sociaux et com' de crise

Merci au Darkplanneur pour cet enrichissant speech sur la communication de crise et de la place de du community manager dans l'entreprise...

 

nov. 04, 2008

MTN - Orange : la guerre est loin d'être finie

31102008068.jpg
Et voilà Orange qui revient à la charge, en remettant en cause dans une campagne d'affichage le positionnement de leader que MTN s'efforce d'imposer. Le panneau est là, et parle d'"opérateur préféré des Ivoiriens" en citant des prénoms...
La campagne d'Orange donne l'impression que c'est la sympathie des consommateurs qui est mise en valeur voire recherchée. Pourtant, à bien y regarder, on voit la mention : "Déclaration ATCI - 30 septembre 2008". Avec en plus la mention du nombre des abonnés (3 786 968), l'on se rend compte qu'Orange nous donne une information de taille : le régulateur a tranché en sa faveur dans sa bataille avec MTN qui, dans une récente campagne, affirmait son leadership sans donner de chiffres précis (plus de 3 millions d'abonnés...)
Mais pourquoi donc Orange semble si timoré, et préfère le vague "opérateur préféré" (qui est de l'ordre du subjectif), à l'expression factuelle qui devrait pourtant s'opposer : "opérateur leader (ou numéro un)" ? Cela aurait été la meilleure manière de discréditer le positionnement affiché par l'adversaire.
Jusqu'où ira la bataille entre les grands ? Comment réagira MTN à présent qu'Orange semble prouver qu'il s'est octroyé "illégitimement" une place ? Et les deux "petits", en profiteront-ils pour se moquer un peu des "barons" ? A mon avis, ils devraient. On se souvient que MTN n'avait pas raté Koz lors de son lancement raté. A la question bateau : "Abidjan on dit quoi ?", la marque jaune avait répondu sur des dizaines de panneaux : "On dit Yello !"

oct. 28, 2008

Guerre Orange-MTN, la suite ?

P1150867.JPG.jpg
Après MTN qui revendique son leadership et une polémique développée dans le quotidien "L'Inter" sur la méthodologie de classement des opérateurs télécom, Orange promet un million de FCFA à un abonné tiré au sort parmi tous ceux qui auront "activé" leur puce. Est-ce une manière de ramener les abonnés qui ont mis petit à petit leur puce Orange de côté à cause des prix super compétitifs des nouveaux venus ? Est-ce une manière de damer le pion à MTN, sachant qu'un abonné est comptabilisé s'il a activé sa puce au moins une fois durant les trois derniers mois ? A votre avis...

oct. 23, 2008

MTN - Orange : la guerre de la com' fait rage

Entre MTN et Orange, qui est le leader de la téléphonie mobile en Côte d'Ivoire ? Les deux groupes s'affrontent sur le sujet. MTN a affirmé son leadership dans une campagne d'affichage qui n'est pas passée inaperçue.

P1150761.JPG

Orange répondra-t-il avec une contre-campagne ? En tout cas, un article de L'Inter de ce mercredi 22 octobre répliquait en développant un argumentaire que ne renierait pas Orange. Lisons plutôt :

Quatre opérateurs se partagent (...) les quelque 9 millions de « connectés » sur les 17 millions d’habitants que compte la Côte d’Ivoire. Sur un marché concurrentiel où chacun tire à lui la couverture réseau et du plus grand nombre d’abonnés, seul l’ATCI (Agence des télécommunications de Côte d’Ivoire), seul organe habilité qu’il est à produire des données statistiques en la matière, pourrait établir un bilan exhaustif, tant au niveau de la qualité des services qu’au niveau de l’exercice d’un quelconque leadership. Si cette effervescence du marché avec son corollaire des tarifs et des offres promotionnelles est à saluer pour les consommateurs, il n’est pas sans créer un certain désordre dans le secteur et un flou dans l’esprit de chacun des opérateurs. Chacun revendiquant la place de leader, la publicité mensongère est la chose la mieux partagée.

Ces chiffres que personne ne veut dévoiler

L’ATCI définit comme abonné, susceptible d’être compté dans le parc d’un opérateur donné de téléphone, le client actif ayant reçu ou émis un appel durant trois mois. Cette base de calcul mise en place par l’organe régulateur pour établir plus de transparence dans l’estimation du nombre d’abonnés des différentes compagnies, à terme, visait à mettre fin à la ‘’guerre des chiffres’’. Las de se livrer aux railleries des consommateurs qui se délectaient des batailles de ‘’N°1’’, les opérateurs de téléphonie eux-mêmes ont souhaité un comptage des abonnés sur la base de règles communes, avec le mois de mars 2007 comme référence. A cette époque, les chiffres qui avaient été publiés donnaient à la société Orange 2.001.328 abonnés et à MTN 1.975.012. La première société dont le directeur général d’alors (2007), François Brunet déclarait que « nous travaillons dans la transparence et l’ATCI ne saurait l’ignorer », comptait déjà à fin juin 2007, 2.307.759 abonnés. Depuis lors, aucun chiffre officiel n’a été communiqué par l’ATCI. Pour l’heure les opérateurs ‘’Moov’’ et ‘’Comium’’ derniers venus sur le marché (respectivement en juin 2006 et juin 2007), selon des chiffres non publiés de l’Agence des Télécommunications, sont loin derrière les deux gros bras que sont Orange et MTN. Ces chiffres communiqués, selon des sources proches de l’ATCI, in cognito, à chacun de ces opérateurs et dont nous avons pu obtenir les détails attribuaient, en juin 2008 à Orange Côte d’Ivoire, 3.421.664 abonnés, à MTN 3.030.000 abonnés, à Moov 1.500.000 abonnés et à Koz 911.005 abonnés. Selon toujours nos sources, ce classement vieux seulement de 4 mois, n’a pas encore varié. Il n’empêche.

Pourquoi l’ATCI doit intervenir

Ces chiffres n’ayant pas fait l’objet d’une publication officielle par l’ATCI, le flou continue d’exister dans l’esprit des consommateurs. Un flou du reste entretenu par les opérateurs eux-mêmes au gré de leurs intérêts respectifs. A titre d’illustration, en octobre 2008, MTN sur ses spots publicitaires tout en s’attribuant 3.200.000 abonnés et une couverture réseau de 367 localités avec plus de 500 sites, se proclamait ‘’N°1’’ en Côte d’Ivoire. Un chiffre en deçà de celui dont disposait son concurrent direct Orange, déjà il y a quatre mois. Ce dernier aussi qui dit disposer actuellement d’un taux de couverture de 100% des préfectures avec plus de 772 sites techniques déployés dans 379 localités réclame, à juste titre la place de leader. Pour nombre d’acteurs de ce secteur, le silence de l’ATCI est seul responsable de ce flou. Cet organe qui est seul habilité à produire et diffuser des chiffres officiels est réticent à le faire. Aujourd’hui, c’est une exigence quasi unanime que font les acteurs du secteur de la téléphonie mobile : « Que l’ATCI prenne comme exemple le Conseil national de la presse (CNP), l’organe de régulation de la presse ivoirienne qui publie régulièrement les chiffres officiels ». Ainsi saura-t-on, continuent-ils, « qui est qui et qui vaut quoi réellement en Côte d’Ivoire dans le secteur de la téléphonie mobile »."

Qui dit la vérité ?

oct. 09, 2008

Oricel va-t-il changer de nom ?

Alors que la cinquième compagnie de téléphonie mobile n'en finit pas d'être annoncée pour "bientôt", les milieux bien informés affirment deux choses :

- le recrutement a déjà commencé, et Oricel débauche, y compris à MTN.

- Oricel voudrait changer de nom, pour des raisons que nous n'avons pas encore réussi à percer. Il est vrai que leur logo provisoire et leur code coloriel, que nous avons furtivement aperçu, ne sont pas à tomber à la renverse.

Certains d'entre vous en sauraient-ils plus ?

juin 16, 2008

A venir...

Un message clair et simple est, à mon sens, la clé d'une communication efficace. De plus en plus, Côte d'Ivoire Télécom et Voodoo y mettent un point d'honneur. CIT se positionne ainsi loin devant ses concurrents... A bientôt pour la suite en image !

11:55 Publié dans Stratégie | Lien permanent | Commentaires (2)

mai 17, 2008

2008, l'année d'Orange en Afrique ?

75d630c8184ea9d9e8f48f3c4b2564d7.jpg
A-t-on trop vite enterré Orange en Afrique ? La frilosité du groupe français et les prix élevés de ses prestations ont donné à croire qu'il était en perte de vitesse sur le continent, à l'image des banques hexagonales, qui perdent du terrain chaque jour. Les investissements colossaux et la visibilité toujours plus grande d'un rival comme MTN (qui jouit de l'avantage de "l'africanité") ont contribué à ancrer dans l'esprit de beaucoup d'observateurs que France Télécom, vestige étatiste et néocolonial, déclinait.
Pourtant, quand on fait un peu d'analyse et de prospective, l'on se rend compte qu'Orange a pris de bonnes options stratégiques cette année au plan mondial qui lui donneront des atouts majeurs en Afrique. L'on sait globalement que nous vivons les dernières années fastes de la téléphonie mobile "pure". La concurrence sera de plus en plus grande et la téléphonie par IP de plus en plus présente : les prix et les marges baisseront, et ils commencent déjà à baisser dans certains pays. La croissance du secteur viendra de tout ce qui est produit à valeur ajoutée, de l'Internet et de la fourniture de "contenus" (musique, vidéos, matchs, infos). Dans cette perspective, Orange a deux atouts.
d3c4b0a3ef9775fe73d21b92cdbf3bdf.jpgPremièrement, l'Iphone, qui arrive en Afrique. L'alliance du groupe français avec Apple (qui a déjà agrégé énormément de contenu avec Itunes) lui permet de commercialiser un téléphone qui est plus qu'un téléphone, sur la base duquel de nombreux développeurs adaptent ou créent des choses très intéressantes en termes de contenu. L'arrivée de l'Iphone sur le continent attirera de toute façon les plus snobs d'entre nous et donnera à Orange une image de marque résolument distinguée.
d7fe767c41d46b5022a872a396876de5.jpgDeuxièmement, la Livebox. Orange commence à la déployer au Cameroun (l'offre de services n'est pas encore complète), et il est probable qu'à l'avenir cette boîte qui permet d'écouter et de regarder un large bouquet de radios et de télévisions, mais aussi de pouvoir jouir du wifi, sera un atout-maître dans certains secteurs de la société.
Troisièmement, Orange Money, qui est en train d'être expérimenté en Côte d'Ivoire. Ce service de transfert d'argent, mis au point avec la BICICI (groupe BNP), permet à Orange de se positionner dans le m-banking, secteur déjà défriché par MTN en Afrique du Sud avec MTN Banking. MTN se prépare à lancer "Mobile Money" au Cameroun. Un peu tard, à mon avis, vu l'avance de l'opérateur sud-africain dans ce domaine.
Bien entendu, il est possible de contrer Orange dans sa stratégie des "contenus". MTN a quasiment "racheté" toutes les compétitions de football en Afrique (y compris la CAN) et est partenaire de la Coupe du monde. Des alliances exclusives au coup par coup sont possibles avec des fabricants comme Nokia, désireux de tacler l'Iphone, et avec Sony Music, contre Apple et son Itunes. Mais la partie s'annonce rude.

(Contribution de Théophile Kouamouo)

22:32 Publié dans Stratégie | Lien permanent | Commentaires (0)