topblog Ivoire blogs Envoyer ce blog à un ami

oct. 20, 2010

Présidentielle 2010 en CI : la bataille Euro RSCG/Voodoo

Les "sorciers de la pub" bien de chez nous, peinturlurés de kaolin et vêtus en dozos sur leurs affiches d'autopromo, vont-ils tuer le mythe des "sorciers blancs" de la communication politique en Afrique ?

En tout cas, la campagne officielle en vue de la présidentielle 2010 met en scène trois hommes : Laurent Gbagbo, coaché par Stéphane Fouks (Euro-RSCG, une des plus grosses agences du monde), Henri Konan Bédié (qui peut nous dire qui s'occupe de sa pub ?), et Alassane Ouattara ("drivé" par Fabrice Sawegnon de Voodoo, leader local de la pub. Regardons un peu les affiches des "trois grands".

a2-1.jpg

c6.jpg

c1.jpg

Si j'en crois ce qui ressort des débats sur Facebook, c'est la campagne d'Alassane Ouattara qui semble techniquement la meilleure pour la majorité. "Pour moi la campagne d'ADO est claire joli travail de l'agence, programme affiché", estime une internaute. "C'est clair ! Le candidat du RDR est au-dessus de la mêlée en termes de qualité de communication ! Y a pas photo ! Même si, dans le fond, la plupart des messages sont à questionner, je crains que parmi tous les candidats, il soit le mieux compris de la population", argumente un autre.

Une minorité préfère la com' de Gbagbo. "L G : la meilleure. efficace. forte. fait penser à la campagne de Mitterrand en 81, "la force tranquille", écrit un internaute. Un autre écrit qu'ADO a les meilleurs visuels mais Gbagbo la meilleure occupation du terrain (question de moyens). "Loin d'être d'un bord politique, j'aimerais donner mon avis sur ce sujet et je crois que le RDR à une meilleure politique de communication pour élections ensuite vient le FPI puis le PDCI", finit par trancher un électeur.

Quant à moi, je me dis une chose : si un grand nombre de personnes place le travail de Voodoo devant celui d'Euro RSCG, cela est une bonne nouvelle pour les communicants d'Afrique. Cela veut dire qu'on peut faire de belles choses à Abidjan, qu'elles peuvent être mieux pensées qu'à Paris, et qu'il est temps de donner leur chance aux talents locaux. Halte donc au "complexe du Blanc" !