topblog Ivoire blogs Envoyer ce blog à un ami

sept. 10, 2008

Miss Noël vraiment ?

Un biais pour une analyse rapide.

Chocomiss.jpg

Quoi ? Préselections Choco Miss Noël 2008

Où ? Abengourou, Daloa, Yamoussoukro, San Pédro, Divo, Daoukro, Abidjan

Analyse de l'image d'appel En haut à droite : Gros logo du partenaire Chocodi. Au grand centre : Une enfant, dix ans à peine, habillée d'une robe de princesse, un sourire éclatant, une bouche super maquillée, des paupières maquillées, des faux cils (ça se voit), des rallonges de cheveux, une mimique séductrice...

But d'un tel évènement ? .... (j'attends des propositions)

Partenaires Entre autres, le Ministère de l'Education Nationale

Promotrice de l'évènement ? Patricia Kalou.

Rappels sur babiwatch

Vous en pensez quoi vous ?

15:53 Publié dans Evénementiel | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : miss, enfants, chocodi

Commentaires

c'est de la prostitution au berceau

Écrit par : kouakou | sept. 17, 2008

avec tous ces concours de beauté qui existent deja là !qu'elle jeunesse on veut construire ?pensez autre chose pour vous sfaire du sou mais laissez nos petites filles en paix !Demain on dira que ce sont de putes....eja jeunes avec tous ces artifices qu'en sera t'il deamin?

Écrit par : kouakou | sept. 17, 2008

Ce que j'en pense? Totalement débile! Franchement! Quelle mérite a t-on d'être la plus belle! Nous sommes beaux ou belles, un point c'est tout, c'est DIEU, le Créateur qui l'a voulu ainsi! Quel mérite pouvons-nous objectivement en tirer?

Ces concours Miss sont une véritable plaie morale, une abérration! Quelle est la valeur qu'on veut ainsi promouvoir? Exhiber ses charmes pour se faire de l'argent? Une prostitution savemment déguisée? Cela ne correspond pas aux modèles avec lesquels on batit une grande nation.
Les Ivoiriens doivent, comme je l'ai toujours dit, revisiter, reconsidérer leur échelle des valeurs.

Est-ce tellemnt leur faute quand des media d'Etat comme la RTI, à travers RTI MUSIC (dès 9h, le matin) et les films à l'eau de rose de 19h, désaxent moralement notre jeunesse et nos enfants par une musique crétine, des danses obscènes et le culte du nudisme et des embrassements érotiques? Au vu et au su des pouvoirs publics et surtout du CNCA qui censure des pubs de beurre et de savonnerie et qui laisse passer les choses les plus graves et les plus répréhensibles!
Que sert-il de couler la mouche et d'avaler le chameau? Honnêtement! (Cf. La Bible)

Fraternellement!

Dindé Fernand.

Écrit par : Dindé | sept. 20, 2008

Pour participer au débat sur ces "particularismes" ivoiriens où les concours de beauté tiennent une place de choix (on m'apprend que l'ingenuosité des Ivoiriens permet d'allonger la liste : Miss Internet, Miss Diaspora et Miss Tout Niveau), je vous donne pour lecture un texte que j'ai publié en décembre 2007 sous le pseudo de Dr Kobé Cécile. Un texte qui reste d'actualité. Bonne lecture !

De la misère de nos comportements


La Côte d’Ivoire est un pays étrange ! Vraiment ! Un pays que tout le monde s’accorde à trouver mal-en-point, un pays qui s’enlaidit… et que toute la Nation devrait aider à sortir du gouffre, mais qui ne bruit que de comportements encensant des sous-valeurs.

Loin de nous réclamer d’un certain puritanisme, autorisons-nous néanmoins à dénoncer avec force le vice et l’insouciance caractérisés qui sévissent dans notre pays et tendent à se perpétuer péremptoirement en cette période post-crise. Et ce, dans le seul objectif de tirer la sonnette d’alarme et de susciter une prise de conscience collective. Car, il faut se rendre à l’évidence, le mal est bien profond et se cache derrière de nombreuses facettes. Les Ivoiriens ont perdu tout repère. Même les dogmes sociaux élémentaires, les rudiments primordiaux au développement d’une Nation tels que la moralité, l’éducation et le respect des mœurs semblent nous échapper.

Que s’est-il passé pour qu'on en arrive-là ? Les Ivoiriens loin d'être parfaits tenaient quand même sur quelques principes. Comment sommes-nous donc arrivés à un tel deuil de l’espérance ? Pourquoi éprouvons-nous cette lassitude à la réflexion ?

Un examen sommaire de notre société amène à se rendre compte de l’appétence paroxystique des Ivoiriens pour les plaisirs. Des déviances que nous inspirent le culte de l’argent, de la perversité et du superficiel : beuverie, ripailles, luxure, orgies sexuelles, impunité, corruption, favoritisme. Des comportements vénaux qui ont pris un caractère normal et qui sont en train de passer insidieusement dans les habitudes. L’immoral a pris la place de la morale, l’anormal s’est substitué au normal. Il y a une commutation des valeurs, au fil d’une déliquescence quotidienne incontrôlée de l’éthique. Le vice a fini par se suppléer à la vertu dans une indifférence totale et dans la plus nauséeuse des désinvoltures. Visiblement, il n’y a plus dans ce pays de garde-fous, de barrières. Plus d’interdits !

Dans notre chère Éburnie, tout se passe comme si nous étions dans une sorte d’impasse culturelle faite d’une affligeante stérilité. Jamais on ne célèbre l’intelligence, celui qui a mieux réfléchi... Nos cerveaux sont si paralysés que nous n’avons rien d’autre à proposer à la jeunesse que les jeux débiles servis en quantité par « Notre Télévision poubelle »… Pour sanctionner les talents et récompenser des bassesses. Quel gâchis épouvantable !

On a même trouvé des formules pour entretenir à coup de millions des viviers… de jeunes filles : les concours de beauté. Ce phénomène occupe désormais chez nous une place légitime. « Miss Côte d’Ivoire, Miss Cedeao, Miss Campus, Miss District » par-ci, « Miss Cocody, Miss Bouaké, Miss Adjépessi », par-là. Les « reines » et les « miss » se démultiplient. Il y a une telle folie obsessionnelle à organiser ce genre de compétitions qu’on a fini par y mêler des gamines. Oui ! On n’a pas hésité à faire germer l’idée, ôh combien géniale, que dis-je répugnante, d’exhiber des bébés de 7 ans ! « Miss Noël » nous dit-on ! pour voler leur innocence à ces enfants.

Nos enfants naissent et grandissent désormais dans ce climat de médiocrité et de recherche de gain facile, qui fausse leur conscience. Convaincus que la réussite est moins dans l'effort et la recherche de l'excellence que dans la capacité à tirer profit de son physique.

Mais diantre ! Quelle répugnance pénalisante pour la Nation lorsque les futilités, la vénalité, l’ignorance tentent d’embastiller la Culture ? Franchement qu’on nous dise le type de valeurs que promeut ce genre de compétitions. La beauté ? Mais quel mérite a-t-on à être beau ? A quel emploi exige-t-on d’être beau ? Comment pouvons être aussi pauvres culturellement au point de jeter le voile pesant de notre inculture sur nos propres enfants ! Que peut-on espérer de l’avenir d’une Nation dont toute une génération est sacrifiée sur l’autel de vices suicidaires ? Dans quel psychodrame sommes-nous en train de jouer ? Comment s’étonner alors que les jeunes Ivoiriens trichent avec leur vie ! Et que le civisme, la conscience professionnelle et l'assiduité au travail soient observés avec mépris.

Baignant dans les paillettes, de tels concours mettent en jeu toute l’image qu’on se fait de la femme dans notre pays. Et ce qui se profile, c’est la sexualisation prématurée des enfants. C’est aussi la distribution des rôles futurs : « sois belle… et tout le reste te sera acquis ». Plus profondément, c’est la référence au superficiel, aux fausses valeurs, au nu avec ses profils effilés devenus le critère dominant. Le dessous comme vérité du dessus. La coquetterie et la beauté, les seules armes qu’on laisse aux enfants de ce pays… Merveilleux programme ! N’est-ce pas ?

Et qu’une Institution de la République, tel le Ministère de l’Éducation Nationale accompagne de telles actions, prend le visage de l’effroyable. Et de la révolte ! Le gouvernement ivoirien veut-il entretenir le modèle d’une jeunesse zombifiée ? Veut-on créer le stéréotype de la femme infantile ? Veut-on pour demain des femmes qui n’auront pour seule boussole que d’être « belle » ?

Aujourd’hui, la situation de notre pays est telle que les maux à combattre ne manquent pas. Au lieu de promouvoir des préjugés sexistes du genre « soit belle et tais-toi » à un moment où l’école est quasiment inexistante, un moment où le SIDA décime toute une jeunesse, le Ministère de l’Éducation Nationale devrait multiplier des actions qui exhortent plutôt les jeunes au travail, au civisme, aux valeurs éthiques et morales, etc.

Une enfant à qui on apprend à se réaliser à partir des atouts artificiels, trouvera-t-elle le moyen de croire en ses études ou au travail ? Quelle élite sommes-nous en train de former ? Ne faut-il pas construire pour cette jeunesse une société qui donne avantage au mérite par le travail et l’intelligence ? Et qu’ils comprennent ainsi qu’il n’est pas inutile d’aller à l’école et d’être surtout « beau » par l’intelligence.

Sinon, un jour, lorsqu’ils auront 20 ans, 30 ans. Et pleins d’espoir, affamés d’avenir, ils se rendront compte que nous leur avons laissé un pays usé et vidé de toute sa substance nourricière. Et ce jour-là, ils nous haïront de toute leur force. Et ils auront raison. Car c’est le pire qu’on puisse faire à ses propres enfants…

Dr Kobé Ziri Cécile

Écrit par : Serge GRAH | sept. 26, 2008

c pas serieux vous pouvez pas dire ça.
en tout chose il faut savoir raison garder.
ne melangons pas tout.

le concours miss noel n'est pas une nouveauté en soi; le concept existe ici et aileurs sous diverses formes. la fête de noel même n'est pas culturellement africaine. si l' on veut on peut s'interroger sur les choix esthétique de l'affiche quoique! et là il s'agit d'une affiche et pas du concours en lui-même que nous avons pu suivre et qui n'a rien avoir avec ce que beaucoup disent ici. Une affiche réalisée par le service commerciale de l'annonceur vous vous en doutez.

restons calme et respirez un bon coup ca va passer. à plus !

Écrit par : legre | oct. 07, 2008

Je suis toujours surpris par mon pays la CI! Que Mlle Patricia Kalou persiste dans l'organsisation de "miss noel" je comprends, mais que le Ministère de l'education s'y associe me laisse sans voix. C'est maintenant à travers les concours de beauté que l'on veut éduquer nos enfants? Des petites filles de cet âge, n'y a t'il pas mieux à leur enseigner que d'apprendre à se déhancher devant les objectifs? Et quand on sait que les enfants d'aujourd'hui d'un point de vue morphologique font plus que leur âge, je crains que ces fillettes ne déclenchent l'appétit des pédophiles.

Écrit par : mike | oct. 08, 2008

Les commentaires sont fermés.